L’avenir des boissons énergisantes repose sur un contenu 100% organique et naturel selon GURU

Pourquoi diable se farcir des molécules fabriquées en laboratoire quand, avec un peu de créativité, on peut obtenir tout ce que la nature fait de mieux?

Telle est la philosophie de GURU, la boisson énergisante 100% naturelle et 100% québécoise qui connaît la plus forte croissance dans la catégorie ces dernières années.

Fort de son succès de produit de masse au Québec et de produit spécialisé aux États-Unis et ailleurs, GURU redouble d’ambition pour s’imposer sur les marchés canadiens et américains au cours des prochaines années.

Ainsi, dans le but d’accélérer sa croissance, la petite société montréalaise vient de se lancer en bourse, rien de moins. Cela lui a permis d’amasser 35 M$ de capital en écoulant 6,3 millions d’actions à 5,45$ chaque qui, au moment d’écrire ces lignes, étaient cotées à 11$ environ à la bourse TSX, des actions sujettes bien sûr à une certaine volatilité typique des petites capitalisations.

Cet argent neuf servira en priorité à développer la commercialisation de GURU sur les marchés canadien et américain ainsi qu’à renforcer le rayonnement de la marque partout en Amérique du Nord.

Il reste donc à voir si GURU parviendra à se tailler une place parmi les grands joueurs mondiaux mais elle semble bien partie.

Chose certaine, il s’agit de bonnes nouvelles pour les détaillants qui ne demandent pas mieux que de voir cette catégorie dynamique fédérer de vastes segments variés de consommateurs et surtout, de continuer sur sa lancée en se prémunissant autant que possible des excès réglementaires et autres pulsions prohitionnistes des ayatollahs de la santé publique!

guru boisson énergisante
DE PLUS EN PLUS POPULAIRE: Les ventes de GURU ont connu une croissance notable depuis quelques années. Selon la compagnie, les revenus sont passés de 10,3 à 17,5M$ de 2017 à 2019, soit une hausse appréciable de 70% en seulement deux années.
Une des rares catégories à croître solidement

La plupart des grandes catégories de produits offertes en dépanneur comme l’alcool, le tabac, l’essence et les loteries sont à un stade de maturité avancée ou même de décroissance et ce, hormis quelques petits segments comme les bières de microbrasserie ou encore, les articles de vapotage.

Fort heureusement pour les dépanneurs, les boissons énergisantes se démarquent de la morosité ambiante en affichant des niveaux de croissance solides et qui ne se démentent pas au fil des ans, comme l’illustre le tableau suivant.

croissance ventes boissons énergisantes
Pour compenser les hausses effrénées de coûts comme le salaire minimum, les dépanneurs doivent pouvoir compter sur des catégories en progression. À cet égard, les boissons énergisantes prennent le relais avec des hausses soutenues chaque année, notamment 8% en 2020 contrairement à seulement 3% en moyenne pour les autres catégories de breuvages. Source: GURU.

Cette croissance est alimentée par un marketing dopé aux vitamines et soutenu par de grandes marques telles Red Bull et Monster qui, à eux seuls, dominent outrageusement la catégorie avec près de 75% des ventes.

parts de marché
Le marketing intensif exercé par les deux grands leaders que sont Red Bull et Monster aux États-Unis soutient la croissance de la catégorie et permet à des joueurs plus petits mais spécialisés comme GURU de se créer une niche. Au Québec, GURU fait très bien puisqu’elle s’est accaparée 13% des ventes, une position qui la placerait 3e aux États-Unis si son exploit ici était reproduit chez nos voisins du sud.
Une boisson sous pression

Une des menaces constantes à peser sur les boissons énergisantes comme l’ombre d’une épée de Damoclès est leur possible réglementation excessive par la santé publique.

Aux États-Unis et ailleurs, des règlements ont déjà interdit l’ajout de certains additifs énergisants mélangés à l’alcool tandis qu’au Canada, le niveau de caféine est sévèrement réglementé et plafonné (voir ici).

Cela étant, de nombreuses mesures excessives et non supportées par des données probantes continuent d’être promues par différents lobbies de santé publique dont notamment l’interdiction de vente aux mineurs (ou 16 ans et moins) ou encore, de vente tout court.

Le fait est que le produit soulève souvent la controverse et a mauvaise presse, surtout lorsqu’il est question de consommation chez les jeunes.

Les preuves quant à la dangerosité du produit sont toutefois très minces et essentiellement liées à la caféine, donc pouvant tout autant s’appliquer au thé ou au café… et voire même au chocolat ou boissons gazeuses!

enquête boissons énergisantes
L’an dernier, l’émission Enquête de Radio-Canada diffusait un reportage alarmiste sur les dangers des boissons énergisantes (voir ici) qui alléguait notamment un laisser-aller réglementaire du fédéral ainsi qu’un manque de responsabilité de l’industrie qui préfèrerait passer sous silence les risques liés à la consommation du produit. La ministre québécoise de la Santé à l’époque avait réagi en déclarant étudier divers scénario de réglementation.
GURU à part?

Or, les effets indésirables comme le tremblement, la nausée, les convulsions et le « crash » ou déprime post-consommation qu’on attribue aux boissons énergisantes seraient tous liés, selon GURU, au fait que les grandes marques utilisent des molécules synthétiques plutôt que naturelles.

« GURU a pour mission de faire le ménage dans notre industrie en créant des boissons énergisantes à base de plantes qui procurent de la bonne énergie » a déclaré Carl Goyette, président et chef de la direction de GURU.

Si consommé selon les recommandations, GURU n’entrainerait aucun effet négatif selon son président et cela, contrairement à la compétition.

Dans cette éventualité, GURU pourrait possiblement échapper à toute forme de réglementation compte-tenu qu’il offre un produit naturel, en tous points similaires au café.

En effet, le café ou le thé sont des sources de caféine provenant d’infusion de plantes, soit exactement le procédé utilisé par GURU. On ne pourrait dès lors concevoir une interdiction partielle ou même des restrictions de vente sur ce breuvage sans aussi l’appliquer au café et au thé, ce qui est impensable.

En revanche, il serait concevable d’interdire uniquement les boissons offrant de la caféine synthétique ou encore, contenant des additifs synthétiques, ce qui mettrait dès lors GURU à l’abri.

Ainsi, le fait de savoir qu’il existe une alternative « santé » permettant d’assurer la pérennité de la catégorie est plutôt rassurant pour le réseau des dépanneurs qui tient coûte que coûte à conserver cette source fiable et soutenue de revenus et de profits!

guru yerba mate
GURU annonçait aujourd’hui même l’addition d’une nouvelle saveur Yerba Maté, un arbre qui pousse près des cours d’eau de l’Amazonie en haute altitude et connu pour ses propriétés énergisantes. Cet ésotérisme évocateur qui puise à même les traditions de peuples aborigènes fait la richesse et l’authenticité de la marque auprès de ses fervents amateurs.

DepQuébec

Cet article est rédigé par DepQuébec, le premier portail web au Québec de l'industrie des dépanneurs. / This article is written by DepQuebec, the first web portal devoted to the Quebec depanneur industry.

DepQuébec a publié 511 articles et ça continue. Voyez tous les articles de DepQuébec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.