S’il faut interdire Four Loko, il faudra aussi interdire le porto (c’est le Portugal qui va être content!)

Dans de récentes charges à fond de train (voir ici et ici) qui sont de parfaits exemples d’enflure verbale, le complexe médiatico-hygiénique de santé puritaine et sa cohorte de docteurs en Porsche viennent de s’attaquer à un autre produit vendu légalement en dépanneur, la boisson alcoolisée Four Loko.

Quelques jours après, on s’en prenait aussi à une autre boisson appelée FCKD Up mais pour les fins de cet article, nous en resterons au Four Loko.

Alors d’abord, voyons les faits : qu’est-ce que Four Loko?

  • C’est une boisson alcoolisée avec un taux de 12 % d’alcool environ, soit un taux équivalent à celui du vin, même un peu inférieur;
  • Elle est vendue en canette d’assez gros format de 568 ml, ce qui représente un peu plus des deux tiers du volume d’une bouteille de vin conventionnelle de 750 ml;
  • Cette boisson est très sucrée, soit autant, sinon à peine plus que du Coca Cola;
  • Elle est commercialisée sous une marque et un marketing jeune et dynamique, voire haut en couleur, disponible en saveurs de fruits telle fraises, raisin et melon d’eau;

Il fut un temps où Four Loko contenait des additifs typiques des boissons énergisantes telles caféïne, guarana et taurine, mais ils ont tous été retirés voilà de nombreuses années.

Tout ce qui reste maintenant est de l’alcool et du sucre. Diantre! Ce n’est rien de nouveau sous le soleil : toutes les boissons alcoolisées ont de l’alcool et du sucre (c’est avec du sucre qu’on fabrique de l’alcool).

Or, à l’heure actuelle, Four Loko n’est même pas la plus sucrée des boissons alcoolisées, ni la plus alcoolisée des boissons sucrées.

Voici une comparaison très simple que nous avons élaboré entre le Four Loko, un Rhum & Coke et le porto, vendu à la SAQ ou dans les 400 dépanneurs et épiceries qui agisssent en tant qu’agences de la SAQ.

Pour des fins de comparaison, nous les avons tous mis en format d’un litre (1000 ml).

 
Quantité
Sucre (grammes)
Alcool (ml)
Rhum & Coke
1 000 ml
73
133
Four Loko
1 000 ml
106
119
Porto 10 ans Tawny
1 000 ml
106
200

Ainsi, le Four Loko est plus sucré qu’un Rhum & Coke, mais moins alcoolisé. Il est par ailleurs aussi sucré qu’un Porto, mais beaucoup moins alcoolisé (soit 40 % moins).

Alors par quelle espèce de logique détraquée voudrait-on interdire le Four Loko et pas le porto?

Comment inscrire une telle discrimination dans la loi alors que celle-ci n’est aucunement fondée sur les ingrédients? Comme ceci par exemple?

Article 2.15 de la loi sur les boissons alcoolisées : Un emballage de boissons alcoolisées qui a l’air trop « yéyé » est prohibé, le tout décidé par les fonctionnaires du Ministère de la Santé ».

On le voit, ce serait de nous rapprocher pas mal de l’Iran comme société.

Passons maintenant en revue quelques extraits juteux du procès médiatique insensé mené contre Four Loko, pour finir de nous convaincre de l’absurdité de la chose :

  • « Le chef des urgences du CHU Sainte-Justine, le Dr Antonio D’Angelo, a récemment traité un adolescent de 14 ans qui avait perdu connaissance après avoir bu le contenu de deux canettes de Four Loko – soit l’équivalent de huit verres de vin – en moins de 30 minutes. » – La Presse. Ben oui, mais s’il avait bu la même quantité d’alcool sous forme de vodka, de vin ou de bière, en quoi le résultat aurait-il été plus acceptable?
  • «Le danger de la boisson Four Loko, c’est que le goût sucré masque celui de l’alcool. [Les enfants] vont en boire une trop grande quantité, trop vite, pour se rendre compte trop tard qu’ils ont dépassé leurs limites.» – La Presse. Donc si on comprend bien, tous les cocktails et punches aux fruits sont à proscrire désormais, car le goût sucré masque celui de l’alcool. Vendons alors seulement des boissons à l’algue, aux champignons et aux carottes, ainsi nous protégerons nos jeunes! C’est ce que vous dites?
  • «C’est une boisson complètement débile, lâche la Dre Gosselin. Il y a tellement d’alcool là-dedans, tellement de sucre. Les jeunes boivent ça comme si c’était un shooter. Ils banalisent complètement la teneur en alcool du produit.» – La Presse. Il n’y a pas plus d’alcool que du vin, et autant de sucre que du Coke. Alors est-ce à dire que le vin est débile aussi? Le Coke est débile aussi?

Où est-ce plutôt ce discours qui l’est? Nous penchons assurément pour cette option.

DepQuébec

Cet article est rédigé par DepQuébec, le premier portail web au Québec de l'industrie des dépanneurs. / This article is written by DepQuebec, the first web portal devoted to the Quebec depanneur industry.

DepQuébec a publié 499 articles et ça continue. Voyez tous les articles de DepQuébec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.