La lutte s’intensifie entre les grandes chaînes alimentaires

La vive compétition entre les grandes chaînes pour les parts de marché alimentaire s’intensifie alors que s’amorce la rentrée.

Tandis que le pouvoir d’achat des consommateurs reste stable, voire limité, l’offre alimentaire d’escompte, elle, ne cesse de s’accroître, augmentant la pression sur les supermarchés traditionnels.

Ainsi, depuis cinq ans environ, Walmart s’est lancée dans l’offre d’épicerie au Canada. Au Québec, elle y a aménagé plus d’une cinquantaine de nouvelles surfaces alimentaires (dites Supercentres) pour y accueillir un hypermarché avec fruits & légumes, viande, boulangerie et une vaste sélection de produits d’épicerie.

L’arrivée des 55 hypermarchés Walmart au Québec a ajouté une immense pression sur les prix auprès des supermarchés traditionnels comme IGA (Sobey’s), Metro (Metro) et Provigo (Loblaw’s). Sauf que des trois grandes chaînes, seule Sobey’s est dépourvue d’une bannière d’escompte. Metro peut compter sur Super C et Loblaw sur Maxi.

Maxi, pour sa part, a adopté une politique agressive de prix imbattables, dans laquelle elle accote tous les rabais de ses principaux concurrents.

Metro a de son côté, au cours des dernières années, converti plusieurs de ses supermarchés traditionnels Metro ou Metro Plus en bannière d’escompte Super C. Ce fut le cas notamment à Matane, Saint-Sauveur et à de nombreux autres endroits.

Costco connaît une progression continue de ses 21 grandes surfaces au Québec et prévoit en ajouter d’autres au cours des prochaines années.

Le moins outillé dans un contexte de guerre des prix est Sobey’s, qui contrairement aux autres géants, n’a pas de chaîne alimentaire d’escompte comme Maxi et Super C et qui mise plutôt sur le service et la qualité.

Devant les coups de butoir de la compétition, elle tente de répliquer. Les bannières IGA et IGA Extra ont annoncé l’an dernier une baisse agressive de leurs prix mais face à des coûts d’opération plus élevés, cette voie a des limites, d’autant plus que la compétition comme Walmart a répliqué.

Reprenant l’initiative mais sur un autre terrain, elle lançait cette semaine « Le Million », soit « le plus grand concours de son histoire », pour reprendre les termes utilisés. Voilà qui témoigne d’une détermination certaine!

Pour toute la durée de l’automne ou presque, chaque client qui achète un produit de la marque maison « Compliments » obtient une chance de gagner une carte cadeau de 25$. À la fin du concours, une carte de 500 $ sera tirée par magasin et un grand prix de 1 million $ sera remis en direct à la télé.

Il s’agit donc d’une formule habile qui offre un équilibre entre des prix intéressants et accessibles et un grand prix qui fait rêver.

Intéressant de voir aussi que le concours stimule l’achat de la marque maison, soit celle qui offre les meilleurs prix et marges en même temps pour Sobey’s.

Bien que cette formule soit efficace pour dynamiser le réseau et motiver la clientèle, il est toutefois peu probable qu’elle réussisse, par elle-même, à endiguer le flot des consommateurs vers les supermarchés à escompte. Sans compter les coûts qu’une telle promotion implique.

La nouvelle et ambitieuse promotion de Sobey’s est présentée comme « le plus grand concours de son histoire », dans un contexte où la chaîne se voit de plus en plus cernée de toutes part par les supermarchés d’escompte et surfaces d’entrepôt.

L’ampleur de cette promotion trahit donc l’urgence pour Sobey’s de contre-attaquer, tandis que tant Metro (2 X les points bonis) que Provigo (tirage de billets du Canadien) offre des promotions, certes, mais rien de tel.

Rayon de soleil toutefois pour la chaîne des Maritimes dont la prestation alimentaire n’est rien de moins qu’irréprochable : les dernières données économiques sont les meilleures depuis longtemps et les chiffres sur l’emploi n’ont jamais été aussi radieux au Québec. C’est peut-être davantage cela qui va aider la marque à tirer son épingle du jeu que toutes ses promotions et concours onéreux.

DepQuébec

Cet article est rédigé par DepQuébec, le premier portail web au Québec de l'industrie des dépanneurs. / This article is written by DepQuebec, the first web portal devoted to the Quebec depanneur industry.

DepQuébec a publié 485 articles et ça continue. Voyez tous les articles de DepQuébec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.